Le 2e semestre demande encore quelques efforts

17.08.2022

Non seulement l’été 2022 a été très chaud, il y a aussi la menace de pénurie énergétique qui est un sujet brûlant et fait partie d’un des sujets les plus discutés en politique.

Elle préoccupe notre économie et notre société. Il y a déjà de nombreuses années que l’on nous prévient, et en raison de plusieurs facteurs la crise énergétique semble désormais difficile à éviter. C’est la raison pour laquelle l’Office fédéral pour l’approvisionnement économique du pays (Ofae) a élaboré un scénario avec quatre mesures pour le cas d’une pénurie de courant. Il est devenu inévitable que les entreprises et les ménages privés se préparent et prennent les précautions. L’UPSV organise un webinar à cet effet, avec des experts de l’Agence de l’énergie pour l’économie (AEnEC) (voir en page 7).

Nouvelles positives de l’étranger
Un autre sujet d’actualité est la question des dénominations «trompeuses» sur les emballages de denrées alimentaires. Les produits végans et végétariens de remplacement de la viande sont en plein essor dans les rayons des magasins, avec souvent des termes tels que «burger» ou «saucisse», ce qui est perturbant pour les consommateurs. Afin de créer plus de transparence et de protéger les consommateurs des dénominations ambiguës la France a mis en place une nouvelle loi (voir page 4).

L’aliment viande est souvent discrédité et diabolisé alors que les produits à base de protéines végétales sont vantés comme étant durables et sains. Les produits de remplacement de la viande tels que le tofu, le seitan ou les pois sont très tendance car ils contiennent autant de protéines que la viande, et à l’état brut ils ne contiennent pratiquement pas de graisse et pas d’acide urique. Pour obtenir des protéines il faut cependant retirer des fèves de soja et des grains de blé les contenus sains tels que les vitamines, les sels minéraux et les fibres. Et pour donner le goût absent et la consistance «sous la dent» qui manque au produit, les fabricants recourent souvent à beaucoup de sucre, de graisse, de sel et d’autres additifs discutables. Par ailleurs, avec la consommation de produits à base de soja il faut faire attention en cas d’allergies. Les personnes qui ont une intolérance au gluten ne supportent pas non plus de seitan, car il s’agit en fait de protéines de blé (gluten) avec une consistance qui rappelle la viande. Les produits «verts» ne sont donc apparemment pas automatiquement plus sains. Il est d’autant plus important de séparer clairement ces denrées alimentaires de la viande et des produits d’origine animale. C’est le seul moyen de s’assurer qu’aucun emballage trompeur ne parvienne dans nos caddies.

Diana Suter
Rédactrice

 
 
 
 
 

Union Professionnelle Suisse de la Viande UPSV · Sihlquai 255 · Case postale · 8031 Zurich ·  Tél. +41 44 250 70 60 · Fax +41 44 250 70 61 · info(at)sff.ch

Swiss Meat People